QUALITE DE L'EAU - Les coopératives signent une convention avec l'agence de l'eau Loire-Bretagne

Vendredi 14 novembre, l’agence de l’eau Loire-Bretagne et les fédérations régionales de coopératives (Coop de France Centre, Ouest, Poitou-Charentes, Limousin et Rhône-Alpes Auvergne) ont signé une convention cadre. Le but est que les coops soient identifiées et reconnues comme un acteur économique à part entière dans la préservation des ressources en eau.

r190_9_article_-_qualite_de_leau.jpg

QUALITE DE L'EAU

Les coopératives signent une convention avec l'agence de l'eau Loire-Bretagne

Vendredi 14 novembre, l’agence de l’eau Loire-Bretagne et les fédérations régionales de coopératives (Coop de France Centre, Ouest, Poitou-Charentes, Limousin et Rhône-Alpes Auvergne) ont signé une convention cadre. Le but est que les coops soient identifiées et reconnues comme un acteur économique à part entière dans la préservation des ressources en eau.

Acteurs économiques proche du terrain grâce à leurs adhérents, les coopératives jouent un rôle important dans la préservation de l’eau. Encore fallait-il que ce rôle soit reconnu. C’est chose faite depuis le 14 novembre où une convention cadre a été signée entre l’agence de l’eau Loire-Bretagne et cinq fédérations régionales de coopératives (Coop de France Centre, Ouest, Poitou-Charentes, Limousin et Rhône-Alpes Auvergne).

Partenaires incontournables pour la préservation de l’eau

On partait de loin, comme le souligne Bernard Jousset, premier vice-président de l’agence de l’eau. « Avant 2009, l’agence de l’eau considérait les coopératives comme des interlocuteurs peu fréquentables, en tant que vendeur d’intrants. Deux missions interministérielles, en 2009 et en 2011, ont souligné le rôle des coopératives et ont permis d’enclencher un dialogue. Aujourd’hui, les coopératives sont des partenaires incontournables pour la préservation de l’eau. »

Après trois ans de discussions, Dominique Dhuy, président du comité eau de Coop de France, est très satisfait. « Nous avons démontré que nous nous mobilisons déjà pour préserver la ressource. Nous mettons en œuvre de nouvelles pratiques et nos adhérents utilisent régulièrement des outils d’aide à la décision comme Farmstar, Aquasite ou les plans de fumure. »

Des actions déjà engagées

Les fédérations de coopératives siègent au collège industriel du comité de bassin. Au travers de cette convention, elles s’engagent à inciter les coopératives à s’impliquer dans la mise en place d’actions pour la préservation de la ressource et à former les élus et salariés des coopératives à cette problématique. Des actions sont déjà engagées. Par exemple, la coopérative de Bonneval travaille sur des diagnostics d’exploitation avec les agriculteurs concernés par le captage de Châteaudun (Eure-et-Loir).

« Les coopératives jouent un rôle important auprès de leurs adhérents pour organiser les débouchés, valoriser de nouvelles cultures ou diversifier les assolements », souligne Mauricette Steinfelder, présidente de l’agence de l’eau Loire-Bretagne. Chaque année, un budget de 40 millions d’euros est alloué par l’agence de l’eau pour lutter contre les pollutions agricoles. Un bilan de cette convention sera réalisé en 2016 par Coop de France.

Une convention similaire a été signée en janvier dernier avec l’agence de l’eau Seine-Normandie. Deux nouvelles, avec Adour-Garonne et Rhône-Midi-Corse, devraient voir le jour prochainement.

Aude Richard

Agronomie et règlementations
Ils nous font confiance
Actualités